Rembourser ou repousser le PGE comment choisir

Le Prêt Garanti par l’Etat

Afin de venir au soutien de la trésorerie des entreprises lors du premier confinement l’état a demandé à l’ensemble des banques de mettre en place des Prêts Garantis pas l’Etat (PGE). Bon nombre d'entreprises ont eu besoin de ce dispositif pour ne pas se retrouver en situation difficile.

A l’origine, une période de franchise de un an était prévue et le remboursement des prêts devait commencer la deuxième année et s’étaler, selon les capacités de l’entreprise, sur une période allant de 1 à 5 ans.

La crise sanitaire se poursuivant et, pour certains secteurs, les fermetures administratives ou les restrictions étant toujours présentes, l’état a décidé de proposer l’option d’une seconde année de franchise de remboursement.

Comment choisir le scénario adapté à votre situation, quelle est la démarche à suivre, quel est le coût des différentes options, le conseil entreprise CODEAF vous propose de faire un point.

Le fonctionnement du Prêt Garanti par l'Etat (PGE)

Comment rembourser le PGE ?

Dès l’origine le PGE était prévu avec une année de franchise complète c’est-à-dire qu’il n’y avait rien à payer pendant les 12 premiers mois, mais que cela vous coûterait le coût de la garantie que l’état à apporté soit 0.2 % par an pour les deux premières années.

Vous devez donc rembourser cette somme au bout de la première année, seulement toutes les entreprises ne seront pas en mesure de pouvoir rembourser et demanderons à rembourser sur plus longtemps, et vous aurez la possibilité de choisir entre 1 à 5 ans soit 12 à 60 mensualités.

A partir de la deuxième année, la banque appliquera des intérêts sur le prêt (comme pour un prêt classique) en plus du coût de garantie de l’état, mais du fait de la garantie de l’état, les banques doivent appliquer des taux très faibles puisque la banque ne prend que très peu de risque de non remboursement du fait de la garantie de l’état.

Il faut savoir que plus vous choisirez un remboursement long plus, vu du prêteur, le risque de non remboursement augmente. Par conséquent, le taux de la garantie de l’état augmentera ainsi que celui de la banque, mais évidemment les mensualités seront plus faibles et supportables.

Il est également possible de panacher les solutions c’est-à-dire de faire un premier remboursement partiel et ensuite d’étaler le remboursement du solde. L’objectif est de permettre à chaque entreprise de ne pas se retrouver devant un remboursement impossible à honorer.

A la demande de l’état, et pour permettre aux entreprises qui n’ont pas pu reprendre leur activité ou que partiellement et qui par conséquent ne peuvent reconstituer cette réserve de trésorerie, il est proposé de bénéficier d'une deuxième année de franchise partielle.

C’est-à-dire que vous ne devrez payer que le coût de la garantie de l’état et les intérêts, mais pas rembourser le capital pendant les 11 premiers mois de la deuxième année. Ensuite, vous rembourserez le capital et les intérêts de la garantie de l'état de la première année en choisissant de rembourser d’un coup le douzième mois ou d'étaler sur une durée de remboursement entre 1 et 4 ans soit 12 à 48 mensualités.

Quel sera le coût du PGE pour l'entreprise ?

Prenons le cas d'une entreprise qui a souscrit un PGE et décide de le rembourser à la fin de la première année. Pour un PGE de 10 000 euros, le coût de la garantie de l’état sur la première année est de 20 euros et celui de la banque 0 euros ce qui fait un total à rembourser de 10 020 euros.

Toujours dans notre exemple d’un PGE de 10 000 euros, et pour la seconde année de franchise, le coût de la garantie de l’état sera encore de 20 euros, et celui de la banque sera d’environ 50 euros, la majorité des banques appliquant un taux d’intérêt de 0.5%, le coût total la deuxième année sera donc de 70 euros. Ce sera la seule somme à verser au court de cette deuxième année de franchise et vous devrez vous acquitter du capital et des intérêts de la première année, soit 10 020 euros à la fin de cette période.

Pour des durées de remboursement étalées, le coût de la garantie de l'état augmentera ainsi que celui de la banque, mais la somme à verser sera plus faible puisque étalée dans le temps.

Comment choisir la solution adaptée à votre situation ?

Pour vous permettre de choisir l’option qui vous est la plus adaptée, vous devez vous rapprocher de votre conseiller bancaire qui vous communiquera un tableau personnalisé.

Ce tableau vous indiquera, pour chaque cas, deuxième année de franchise ou pas, durée de remboursement... le coût de la garantie de l’état, le coût du crédit (les intérêts de la banque), le montant de la mensualité ainsi que le Taux Effectif Global.

Vous pourrez ainsi choisir en toute connaissance de cause, la formule qui vous convient le mieux en fonction de la reprise de votre activité.

La majorité des groupes bancaires ont mis à votre disposition sur votre portail bancaire un menu vous permettant de simuler le scénario que vous imaginez et d’en calculer les mensualités. Puis, une fois votre choix fait de le formaliser via l’application, un peu comme lorsque vous signez une offre de prêt.

Comment le PGE apparaîtra dans vos comptes annuels ?

 

Le PGE est un prêt bancaire, il apparaitra donc en tant que dette financière dans le Passif de votre bilan, comme tous les autres prêts que vous pouviez avoir auparavant.

Il sera donc ajouté à l’ensemble des autres prêts pour calculer le taux d’endettement de l’entreprise, et donc sa capacité à contracter de nouveaux emprunts.

Il est donc important de savoir que cela peut influer sur l’accord pour un nouvel emprunt ou pour mettre en place un crédit-bail pour un équipement ou un véhicule, que ce soit les banques ou les financeurs, tous regarderont le taux d’endettement de votre entreprise pour prendre leur décision.

Cependant, il serait trop rapide d’en déduire qu’il faut le rembourser au plus vite pour faire de nouveaux investissements car globalement ce prêt est concurrentiel par rapport aux propositions actuelles des banques sur des durées similaires pour des investissements.

Par conséquent dans le cas où vous envisageriez de faire des dépenses d'investissement important pour vous adapter à l'évolution de votre/vos marchés ou seriez confronté à la nécessité d'effort commercial ou communication à venir pour relancer votre entreprise après la crise, conserver l'argent du prêt PGE peut être une décision de gestion pertinente.

Selon votre besoin et la durée de prêt qu’accepte la banque, il peut être intéressant de faire un mix entre le remboursement du PGE et de le compléter par un autre prêt bancaire sur une durée plus longue.

Le conseil CODEAF, pourra vous aider à analyser votre situation actuelle et mettre en perspective vos projets afin de vous aider à choisir la solution la plus pertinente pour votre entreprise. N'hésitez pas à nous contacter pour un rendez vous de découverte de votre situation.