La relance et le recouvrement de créances

Le recouvrement de créance correspond au paiement d'une somme d'argent du débiteur (celui qui doit, le client) au créancier (celui à qui l'on doit, le fournisseur). Afin d'éviter des retards de paiement et/ou des impayés, le conseil entreprise CODEAF vous propose de respecter un certain formalisme.

Le formalisme

Tout d'abord, le conseil entreprise CODEAF vous rappelle qu'il est nécessaire que les conditions de paiement - délais, pénalités, indemnités, intérêts - figurent dans les Conditions Générales de Vente (CGV), sur les factures et les contrats commerciaux. Toutes les commandes doivent faire l'objet d'un devis accepté et signé par le client et vos factures doivent porter toutes les mentions obligatoires. Ainsi, en cas de litige, vous protégez votre entreprise contre toute réclamation client qui serait liée à un vice de forme.
Les délais de paiement entre professionnels sont fixés au maximum et par défaut au 30ème jour suivant la réception des marchandises ou l'exécution de la prestation, sauf si des dispositions contraires sont indiquées dans les CGV. Quel(le) que soit l'activité ou le secteur, ce délai ne doit pas excéder 45 jours.

Les pénalités

Les pénalités de retard sont alors dues dès le 1er jour de retard. Le taux est libre, mais ne doit en aucun cas être inférieur à 3 fois le taux d'intérêt légal- fixé à 0,99% au second semestre 2015. Dans le cas de la vente aux particuliers, la facturation des pénalités de retard est optionnelle.
L'indemnité forfaitaire de recouvrement est obligatoire depuis le 1er janvier 2013, en compensation des frais de recouvrement engagés par le vendeur. Elle se cumule aux pénalités de retard et n'est donc pas inclue dans l'assiette de calcul de ces dernières. Elle n'est applicable qu'aux clients professionnels.
Les intérêts moratoires s'ajoutent aux pénalités de retard et prennent effet dès lors que débute une mise en demeure.

Le recouvrement amiable

Le recouvrement amiable consiste à relancer les débiteurs dès le dépassement d'échéance, par mails, par téléphone ou par lettres. Il convient de les inciter à régler leurs dettes, en rappelant son origine, les montants dûs en principal et en intérêts. L'objectif est d'éviter la voie juridique, longue et coûteuse pour tous . Son efficacité dépend cependant de la rigueur du suivi effectué. Noter que le conseil entreprise CODEAF vous incite à tenter l'information préalable, c'est à dire la relance préventive AVANT la date d'échéance, sous forme téléphonique et conviviale. C'est la procèdure la plus simple et souvent la plus efficace pour éviter les "petits retards négligents".

Un exemple de processus des lettres de relance - envoyées en lettre suivie, puis en Recommandé avec Accusé de Réception - comprend 3 niveaux :
- Lettre de niveau 1 :à adresser entre le 1"' et le 21ème jour de retard.
- Lettre de niveau 2 : à adresser entre le 22ème et le 30ème jour de retard.
- Au-delà, la lettre de niveau 3 correspond à la lettre de mise en demeure et entraÎne des effets juridiques : injonction de payer, assignation de paiement ou référé provision.
Bien entendu, le conseil entreprise CODEAF vous suggère d'adapter cette règle aux types de clients de votre entreprise, voire même à certains clients.

Recouvrement de créances

A savoir ! Le conseil entreprise CODEAF vous rappelle qu'il existe un délai de prescription, c'est-à-dire un délai au terme duquel il n'est plus possible d'agir devant les tribunaux pour obtenir le règlement d'une facture impayée. ce délai de prescription est de 5 ans entre 2 professionnels et de 2 ans si le client est un particulier. Au delà, seule la voie amiable reste possible, sauf si le créancier détient un acte notarié.

La procédure d'injonction de payer

Si les démarches précédentes n'aboutissent pas, vous aurez tous les éléments nécessaires pour engager cette procédure. L'obtention de ce document nécessite environ
3 semaines. Vous en confierez l'exécution à un huissier. Cette méthodologie reste la plus rapide et la plus efficace, face à un débiteur solvable.
Lien pour obtenir le détail de la procédure d'injonction de payer

 

Extrait amendé du "Journal du patron" dont le conseil entreprise CODEAF est co-rédacteur.

Le point du conseil entreprise CODEAF sur la mutuelle obligatoire et la motivation du personnel.

Les entreprises ont obligation de mettre en place une mutuelle d’entreprise obligatoire pour le 1er janvier 2016 : une excellente occasion de motiver son personnel tout en assurant leur protection sociale.

Tout d'abord, qui est concerné par la mutuelle obligatoire ?

À partir du 1er janvier 2016, toutes les entreprises, y compris celles de moins de 50 salariés, devront souscrire à une mutuelle santé collective pour l’ensemble de leurs salariés. Ceci touche plus de 3 millions des salariés du secteur privé.

Le coût de cette mutuelle devra peser au minimum pour moitié sur la charge de l’entreprise, tandis que l’autre moitié restera à la charge du salarié. Evidemment, le conseil entreprise CODEAF vous suggère de considérer la possibilité de faire plus et de proposer que votre disposition à une part plus importante de l'entreprise fasse partie de vos négociations salariales.

Quelques exclusions à cette obligation de mutuelle existent cependant : Notamment les salariés dont le contrat présente une durée inférieure à 12 mois pourront refuser d’adhérer à ce contrat, de même que ceux pour lesquels la cotisation salariale représenterait au moins 10 % de leur rémunération brute. Quelques autres cas de refus de la mutuelle obligatoire sont prévus par le texte de loi. Le conseil entreprise CODEAF attire toutefois votre attention sur le fait que les cas de dispense doivent impérativement figurer dans l’acte de mise en place de la mutuelle dans l’entreprise. À défaut, l'entreprise pourrait être sanctionnée par l’URSSAF.

Les avantages de la mutuelle obligatoire

Pour l'entreprise, le choix d’une mutuelle d’entreprise est important dans le but de fidéliser ses salariés. Le conseil entreprise CODEAF suggère de considérer ceci comme un enjeu pour l’entreprise et de ne pas se contenter de choisir la mutuelle la moins chère, mais pour le peu de différence de prix, plutôt choisir sa mutuelle et opter pour une protection sociale correspondant aux besoins spécifiques de ses salariés. Par ailleurs, le conseil entreprise CODEAF vous rappelle que d’un point de vue fiscal, l’Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013 (ANI) permet de déduire les cotisations de l’entreprise du bénéfice imposable sous certaines conditions. Comme dans toute décision d'entreprise, il est donc nécessaire d'avoir une vision globale, et c'est toujours un excellent levier de motivation que d'impliquer son personnel dans le comparatif, le choix de la mutuelle et de ses garanties.

En effet, pour les salariés, ce type de couverture santé revient souvent moins cher qu’un contrat individuel. De plus, les garanties peuvent être étendues à l’ensemble de ses ayants droit (conjoint, enfants ou personnes à charge). Dans certaines limites, les cotisations sont déductibles du salaire brut imposable avant abattement.

En complément, le conseil entreprise CODEAF vous incite à adapter les garanties en fonction de la population de vos salariés : Leurs ages et phases de vie impliquent des besoins propres qu'il est important de prendre en compte. En complément, si un salarié juge les garanties collectives insuffisantes ou inadaptées à son cas familial, il pourra toujours souscrire à un contrat d’assurance individuelle pour les compléter.

La mise en place de la mutuelle en entreprise

Chaque entreprise devra avoir souscrit à ce contrat collectif au plus tard le 1er janvier 2016.

Tous les assureurs reconnus par l’État peuvent être choisis pour l’établissement du contrat. Le conseil entreprise CODEAF vous suggère fortement de mettre différentes compagnies d’assurances en concurrence en demandant plusieurs devis. le conseil entreprise CODEAF vous incite à faire participer votre personnel dans la comparaison des garanties et des devis. La motivation et l'intérêt du personnel de l'entreprise sont souvent bien plus fortes que la votre sur ce sujet. c'est l'exemple type d'un "projet transversal", technique de motivation du personnel largement éprouvée.

Si votre entreprise a déjà souscrit à une mutuelle pour les salariés, il vous revient tout de même de vérifier que votre contrat actuel corresponde au nouveau dispositif obligatoire. Le contrat doit être formellement "responsable" et l'assureur devra vous l'attester formellement

En conclusion

Une nouvelle charge pour l'entreprise, qui s'applique à présent aux TPE et PME et PMI de petites tailles, mais si vous savez la transformer en outil de motivation du personnel et de cohésion de groupe, vous pourrez en tirer d'autres bénéfices compensatoires pour l'entreprise, tout en ayant assumé votre responsabilité sociale de chef d'entreprise.

Le conseil entreprise CODEAF liste les principaux outils de votre prospection commerciale

L'entreprise perdrait en moyenne chaque année environ 10% de ses clients pour diverses raisons : choix d'un nouveau fournisseur, fermeture
définitive, changement d'habitudes de consommation etc. Cela signifie qu'au bout de 5 ans, sans démarche de prospection et de recrutement,
une entreprise perdrait la moitié de ses clients ! Autant dire que la nécessité d'enrichir sans relâche sa base de données clients
s'impose !

Pour vous aider à recruter vos nouveaux clients, le conseil entreprise CODEAF a identifié pour vous les outils à votre disposition.
A utiliser sans modération !

Boite-a-outils-du-conseil-entreprise-CODEAF

Les outils marketing traditionnels pour trouver un client

Outil 1 :

Les flyers et les prospectus : ils peuvent être distribués en pleine rue ou être laissés à l'accueil de votre entreprise ou de vos partenaires. Le format peut être exotique ou classique. L'important est de proposer un message simple et clair, avec un appel à l'action immédiat, ainsi qu'un visuel très impactant. Les flyers ont un bien plus important impact encore lorsqu'ils sont ciblés : Ciblés sur un produit, une saison, un type de clients, et qu'ils sont alors distribués aux bons lieux et aux bonnes cibles de clients.

Outil 2 :

L'affichage publicitaire en dehors du magasin : sur les bus, les taxis, les façades d'immeubles, dans les ascenseurs, à proximité des escalators, en ville, etc. Le but est de présenter l'offre de produits et de services dans des lieux de passage fréquents de sa propre clientèle.

Outil 3 :

La vitrine et les panneaux d'affichages dans le magasin : ce sont des éléments majeurs pour présenter les offres clés du moment et attirer les clients dans votre commerce. La vitrine doit être changée régulièrement et toujours en bon état. Vous pouvez prendre exemple sur les enseignes connues souvent très professionnelles.

Outil 4 :

Les véhicules comme la voiture personnelle, les scooters, les camions de livraison : ce sont des supports de communication proches de vos clients que vous pouvez garer dans les zones à fort passage pour générer votre notoriété.

Outil 5 :

Le répondeur téléphonique et le message d'attente : souvent négligés ce sont pourtant des outils qui peuvent générer des ventes supplémentaires. Privilégiez alors un message clair. Vos documents commerciaux (papier à entête, factures, devis) peuvent être aussi de bons vecteurs de communication.

Outil 6 :

L'uniforme des employés : il inscrit votre image de marque dans l'esprit de vos prospects qui achètent bien plus qu'un produit ou un service. Il crée en outre un sentiment d'appartenance chez vos collaborateurs, premiers ambassadeurs de votre entreprise. L'uniforme s'adapte à votre positionnement : classique, comme dans les Fast Food, ou « haut de gamme » .

Outil 7 :

Les soirées Networking et le travail de son réseau : souvent négligé par les jeunes entrepreneurs, c'est un des meilleurs moyens de générer du business récurrent via le bouche à oreille et les recommandations. Il faut être patient et persévérant : un travail régulier porte ses fruits plusieurs mois après les premières démarches.

Outil 8 :

Le parrainage : par ses employés ou par ses clients, le parrainage est un excellent outil pour générer des ventes à moindre frais. Vos clients et employés deviennent vos ambassadeurs les plus crédibles : ils sont généralement utilisateurs de votre produit ou de votre service et se satisfont d'un cadeau symbolique en retour. C'est un outil que vous ne payez qu'à la performance, c'est-à-dire quand une vente est effectuée.

Outil 9 :

Les objets publicitaires : ils ont plusieurs objectifs: inscrire votre marque dans la mémoire de votre interlocuteur après une visite ou un salon, remercier un client pour une commande importante ou être remis par un distributeur à ses prospects. Le T-shirt est particulièrement apprécié car celle ou celui qui le porte véhicule alors votre propre image.

Outil 10 :

Les salons pour les professionnels et les particuliers : ils facilitent la prise de contact avec des prospects « chauds ». En 1 ou 2 journées, vous rencontrez en un lieu unique les personnes intéressées car elles font la démarche de venir. C'est l'occasion de présenter ou de vendre votre produit ou encore d'enrichir votre base de données pour des contacts ultérieurs.

Outil 11 :

La carte de visite : elle permet de laisser vos coordonnées en toute simplicité à vos interlocuteurs. Elle peut être nominative ou générique. En plus du nom de l'entreprise, précisez bien votre activité pour que votre interlocuteur se souvienne mieux de ce que vous offrez.

Outil 12 :

Les relations presse : elles visent à développer votre visibilité dans les médias grâce à la diffusion de communiqués et de dossiers de presse ou encore l'organisation de conférences de presse à l'attention des bloggeurs et des journalistes. Les médias relaient les informations intéressantes et à valeur ajoutée. Ils ne sont pas là pour faire votre publicité gratuite. Soignez le contenu pour faciliter sa reprise.

Outil 13 :

La radio : locale ou nationale selon votre cible, elle génère une forte notoriété en peu de temps grâce à des messages courts et promotionnels.

Outil14 :

Le sponsoring: il associe votre entreprise à un sport, une équipe de sport, un événement afin de bénéficier de sa visibilité. Ce peut être l'occasion de fédérer l'entreprise autour d'un projet sportif.

Outil 15 :

La banderole et les panneaux publicitaires : ils sont incontournables pour annoncer des évènements tels qu'ouvertures de magasin, soldes, promotions etc. De nombreux emplacements publics sont disponibles à prix raisonnables.

Outil 16 :

Les annuaires professionnels ou grand public papier : Les Pages Jaunes, le Kompass etc. demeurent très utilisés pour rechercher un fournisseur. Il est donc important d'y être présent.

Outil 17 :

Le vendeur et le personnel de l'entreprise : un bon commercial convaincra le prospect par son argumentaire. L'ensemble du personnel est là aussi pour valoriser l'entreprise auprès de ses interlocuteurs, de la standardiste au chauffeur livreur.

Outil 18 :

Les journaux et magazines locaux et nationaux : ils touchent une population large ou ciblée et permettent une très bonne qualité de reproduction. L'inconvénient est le coût parfois élevé pour une petite entreprise qui veut annoncer dans un magazine à grand tirage.

Outil 19 :

La journée Portes ouvertes : c'est un évènement «prétexte» pour attirer des prospects. La journée porte ouverte doit être relayée par un dispositif de communication important afin d'attirer un maximum de personnes et de s'assurer leur présence


Les outils pour trouver des clients via internet

L'internet est devenu incontournable dans notre vie quotidienne et influence nos décisions d'achat comme notre recherche d'informations. Une entreprise doit donc l'inclure dans sa réflexion, même s'il s'agit d'un commerce traditionnel.

Outil 1 :

Le site plaquette est la base de la présence sur internet. Il présente l'offre de l'entreprise et précise les moyens de contact : formulaire, mail, téléphone. Le site peut être animé avec des démonstrations et des témoignages. Il doit être actualisé fréquemment.

Outil 2 :

L'e-mailing et la newsletter sont les outils les plus utilisés par un e-commerçant qui diffuse ses messages ciblés auprès de ses clients et prospects. Des fichiers d'emails qualifiés sont disponibles à l'achat ou à la location. les prix varient selon la cible et la quantité.

Outil 3 :

Facebook est le premier réseau social mondial qui permet de faire du réseautage, diffuser de la publicité et servir de relais de communication. Ce réseau qui touche principalement des particuliers est également un très bon outil pour toucher des professionnels, plus présents cependant sur Linkedin et Viadeo.

Outil 4 :

La signature d'email est un outil simple, souvent négligé. Pourtant il permet de diffuser de l'information pour un coût de 0 € à ses contacts.

 

Le conseil entreprise CODEAF pour le bon choix de vos outils de prospection commerciale :

Les outils de votre prospection commerciale sont nombreux. Ils ne vous sont pas tous adaptés pour autant.
Le choix du contenu et du message à véhiculer est important pour sa réussite et votre notoriété.
Le retour sur investissement dépend énormément de ces facteurs.

Il est alors important d'avoir le recul et l'expérience du conseil entreprise pour choisir vos supports commerciaux, les définir avec soin, et mettre en place les mesures qui vous permettront de piloter la performance de votre investissement dans vos outils de prospection commerciale.

 

Extrait du "journal du patron" n°1, dont le conseil entreprise CODEAF est régulièrement co-rédacteur.

Le recrutement et la formation des commerciaux par les "serious games"

Pour un conseil d'entreprise comme pour ses clients, savoir juger des dispositions commerciales d'un nouveau partenaire, d'un salarié, du dirigeant lui-même, est essentiel pour le bon développement de son entreprise.

Mais il est bien souvent difficile de juger de ces dispositions commerciales sur un ou deux entretiens, d'autant que ce n'est pas forcément le métier initial du dirigeant.


De nouveaux outils, mis à disposition par la technologie de l'animation 3D, complétés par le savoir-faire de spécialistes en développement commercial, permettent aujourd'hui de tester les capacités d'un individu à écouter le client, comprendre ses besoins, lui proposer des solutions, traiter ses objections et finalement emporter la vente. Ces outils dénommés "serious games" permettent en quelques tests de détecter les forces et les faiblesses du savoir-faire commercial, mais permettent aussi d'assurer une auto-formation continue afin de s'améliorer dans ces pratiques.


Un article clair et des exemples concrets auprès du spécialiste toulousain FALCCOM en allant sur ce lien.

N'hésitez plus : Le test et l'auto-formation sont très abordables et procurent au chef d'entreprise une assurance et un retour sur investissement sans égaux : Un levier que le conseil d'entreprise CODEAF recommande sans hésiter et n'a pas hésité à pratiquer.

 

 

 

 

Les entreprises françaises TPE-PME communiquent peu !

Pourtant, si l’on souhaite affirmer son chiffre d’affaires en développant ses ventes, il faut communiquer. La communication est la clef d’une démarche commerciale pleinement réussie. Pour être efficace, votre communication doit vous être adaptée. De nombreuses TPE-PME disposent d’un véritable savoir-faire, original et unique, mais elles ne savent pas le valoriser, mettant en danger leur avenir et leur développement.

De plus, les TPE-PME ont souvent un budget réduit pour leur communication et c’est particulièrement vrai en période de crise. Ceci est préjudiciable à l’avenir des TPE-PME, car au contraire, plus le contexte économique est difficile et plus il faut se démarquer et être présent, démarquer son activité, émerger de la foule anonyme…

Face à cette nécessité stratégique, le conseil d'entreprise CODEAF vous rappelle qu'il est fondamental d’avoir une approche globale.
Une approche globale passe par la stratégie de l'entreprise, de savoir qui elle est, ce qui lui est le plus rentable à mettre en avant, ce qu'elle souhaite développer. C'est en cela que le conseil d'entreprise CODEAF vous apporte le recul et l'analyse nécessaires qui permettent de répondre à ces questions.

Ensuite il faut une vision globale de la communication elle-même qui va garantir cohérence et donc efficacité car les différents supports de communication viennent se renforcer les uns les autres.
Logo, charte graphique, identité visuelle…
Plaquette, argumentaire…
Signalétique : Véhicules, habillage et décoration hall d’accueil, boutique…
Sites internet : site vitrine, réseaux sociaux, newsletter...

Une nouvelle fois, le regard extérieur du conseil d'entreprise CODEAF, se plaçant dans la vision du client, pourra valider la cohérence des travaux graphiques avec la stratégie première.


En synthèse, que ce soit dans l’identification de votre cible, la définition de votre message et la création de sa forme, il est vital pour une TPE-PME d’avoir conscience du pouvoir de cette communication dans la valorisation de son activité – ceci aussi bien en positif qu’en négatif – Il faut donc être particulièrement vigilant quant à la maîtrise de son image, aussi bien dans le fond que dans la forme.

TPE-PME, prenez en main votre image et donc votre communication pour pérenniser votre activité : Faites savoir votre savoir-faire !

Comment obtenir le label RGE ?

Mise à jour le 30.07.2014 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

À partir du 1er septembre 2014, seuls les travaux d'amélioration et de rénovation énergétique réalisés par des professionnels qualifiés RGE (reconnue garant de l'environnement) ouvriront droit pour les particuliers aux aides financières dans un logement ancien. La certification RGE est un signe de qualité permettant d'identifier un professionnel qualifié pour des travaux de rénovation énergétique et dont la compétence est reconnue en matière d'efficacité énergétique.
Conditionnalité des aides

Selon le principe de l'éco-conditionnalité (le bénéfice des aides financières et des déductions fiscales est conditionné par des actions en faveur du développement durable), le particulier maître d'ouvrage, souhaitant faire réaliser des travaux de rénovation énergétique dans un logement ancien, doit faire appel à une entreprise certifiée RGE pour bénéficier :

    de l'éco-PTZ à partir du 1er septembre 2014,

    du crédit d'impôt développement durable (CIDD) à partir du 1er janvier 2015.

Ces 2 échéances sont fixées au 1er octobre 2015 en Guadeloupe, en Martinique, en Guyane, à La Réunion et à Mayotte.

Professionnels concernés

À compter du 1er septembre 2014, tout professionnel du bâtiment concourant à l'amélioration de la performance énergétique et du développement durable doit être détenteur du label RGE, que ce soit pour des prestations de travaux ou d'études.

Pour être éligibles aux aides, les travaux (détaillés dans la facture) doivent concerner la fourniture et l'installation d'équipements, matériaux et appareils reconnus pour leur performance énergétique en matière de chauffage, d'énergie renouvelable ou d'isolation.

Sont également concernées les prestations intellectuelles concourant à améliorer la performance énergétique : bureau d'études, ingénieur conseil, économiste de la construction, architecte...

Le label RGE pour les études s'adresse à l'ensemble des professionnels qui interviennent sur :

    la conception bioclimatique et passive du projet architectural, enveloppe thermique, y compris étanchéité à l'air et transferts d'hygrométrie dans les parois,

    les systèmes énergétiques de production/distribution/émission et régulation, à partir ou non d'énergies renouvelables, pour le chauffage, la climatisation, le rafraîchissement, l'eau chaude sanitaire, la ventilation et l'éclairage.

Les types de prestations d'études concernées sont :

    l'assistance et/ou le conseil auprès des maîtres d'ouvrage pour la prise de décision, la vérification de l'intégration des objectifs de performance énergétique dans le programme et contrôle et le respect de ces objectifs,

    le diagnostic thermique, l'étude thermique et l'audit énergétique,

    la maîtrise d'œuvre générale, totale ou partielle (études et/ou direction de l'exécution du contrat de travaux),

    l'ingénierie d'exploitation et de maintenance.


Conditions

Pour être labellisé RGE, le professionnel du bâtiment (entreprise du BTP, artisan ou entrepreneur individuel) :

    doit désigner au moins un responsable technique et opérationnel et apporter la preuve de ses compétences,

    fait appel en sous-traitance à des entreprises elles-mêmes labellisées RGE,

    doit réaliser au minimum 2 chantiers (3 s'il s'agit de prestations intellectuelles) achevés tous les 2 ans dans l'activité labellisée RGE,

    doit se soumettre à un audit de chantier (contrôle de réalisation) dans un délai de 2 ans à compter de la demande de qualification.


Obtention du label

Pour obtenir le label RGE, le professionnel doit :

    choisir le signe de qualité qu'il souhaite obtenir en fonction de son activité,

    avec ses collaborateurs, suivre aux moins 2 formations qualifiantes RGE,

    constituer un dossier de candidature auprès de l'organisme délivrant le signe de qualité souhaité.

Une fois labellisé RGE, le professionnel doit obtenir un certificat de qualification.

Qui délivre le label RGE ?

Le label RGE est délivré par des organismes indépendants, qui respectent eux-mêmes un certain nombre de critères : compétences, références, audit systématique de réalisations de l'entreprise et accréditation par le Comité français d'accréditation (Cofrac).

Ces organismes se sont engagés, à travers une charte, à respecter des exigences communes pour délivrer leurs signes de qualité.

 

Organismes accrédités pour délivrer le label RGE et Travaux ou prestations concernés

Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment (CAPEB) : signe de qualité Éco Artisan
    

Travaux d'efficacité énergétique dans les logements

Qalifelec
    

Travaux électriques en matière d'efficacité énergétique et d'installation des énergies renouvelables

Qualit'EnR :

    Qualisol pour les installateurs de solaire thermique

    QualiPV pour les installateurs de solaire photovoltaïque

    Qualibois pour les installateurs de bois énergie

    Qualipac pour les installateurs de pompes à chaleur

    

Toutes installations d'équipements valorisant les énergies renouvelables

Fédération française du Bâtiment (FFB) : "Les Pros de la performance énergétique"
    

Construction ou rénovation liée à la performance énergétique

Qualibat
    

Tous travaux liés à l'efficacité énergétique et aux énergies renouvelables

Certibat
    

Travaux de rénovation énergétique globale

Cequami
    

Travaux de performance énergétique

OPQIBI
    

Ingénieurs conseils, bureaux d'études et sociétés d'ingénierie qualifiés réalisant des prestations liées à l'efficacité énergétique et aux énergies renouvelables

OPQTECC
    

Prestations liées à l'efficacité énergétique et aux énergies renouvelables

I. Cert : certification BENR
    

Conseil et prestations d'accompagnement pour la réduction de la facture énergétique dans l'habitat neuf et existant

CERTIVEA : certification NF Études thermiques
    

Bureaux d'études réalisant des études thermiques dans les secteurs du logements (maisons individuelles) et du tertiaire

À noter : la qualification est valable 4 ans.