Le "Journal du Patron"

Voici venu le moment tant attendu de la nouvelle édition du "Journal du Patron".

Une nouvelle fois ce "Journal du Patron" traite de sujets qui concerne les chefs d'entreprise de TPE et PME, et parfois pas seulement ;-).
Le bon moment, juste avant la fin de l'année, pour intégrer quelques savoirs et savoir-faire.

La fameuse édition à laquelle le conseil entreprise CODEAF participe chaque fois dans les rédactions d'articles. C'est une autre forme de particpation du conseil entreprise CODEAF à la formation et l'information des chefs d'entreprise.

Découvrez ci-dessous le sommaire de la dernière édition, le lien de téléchargement ainsi que les sommaires et éditions des précédentes versions du "Journal du Patron".

Le conseil entreprise CODEAF vous souhaite bonne lecture et se tient à disposition pour développer ces sujets avec vous.

Le journal du Patron N° 5

Le journal du Patron N 5 CODEAF

Lien : Le journal du Patron N° 5

Le journal du patron n°5 vous donne les clés pour retrouver de la serenité,
aborde l'importance du prévisionnel, les bonnes pratiques commerciales
et les motifs de choix de logiciels installés ou hébergés.

Sommaire

ÉDITORIAL - P. 2
REPONDRE A DES APPELS D'OFFRES - P. 2
LA PREVENTION DES DIFFICULTES DE TRESORERIE - P. 2 
CONSTRUIRE UN DEVIS - P. 4 & 5 
LEASING OR NOT LEASING - P. 6 
MAITRISER MIEUX VOTRE COMMUNICATION ! - P. 7

Le journal du Patron N° 4

Le journal du Patron N 4 CODEAF

Lien : Le journal du Patron N° 4

Dans cette édition du journal du patron, sont abordés les méthodes pour gagner du temps, le coût des véhicules selon leur mode financement, la sous traitance, la prospection et la prévision de trésorerie.

Sommaire

ÉDITORIAL : P. 2
UNE SOLUTION GAGNANTE : La sous-traitance - P. 2 & 3
LA TRESORERIE : Prévoir pour durer - P. 4
SI VOUS N'ALLEZ PAS VERS VOs CLIENTS, ILS N'IRONT PAS VERS VOUS ! - P. 5
COUT DES VEHICULES : Quel choix ? - P. 6
POUR GAGNER DU TEMPS, MESUREZ-LE ! - P. 7

Le journal du Patron N° 3

Le Journal du Patron N 3 CODEAF

Lien : Le journal du Patron N° 3

Le journal du patron n°3 aborde les méthodes pour construire un devis, maitrisez votre communication, répondre aux appels d’offre, prévenir les difficultés de trésorerie et vous donne un comparatif sur les locations de véhicule.

Sommaire

ÉDITORIAL - P. 2
REPONDRE A DES APPELS D'OFFRES - P. 2
LA PREVENTION DES DIFFICULTES DE TRESORERIE - P. 2 
CONSTRUIRE UN DEVIS - P. 4 & 5 
LEASING OR NOT LEASING - P. 6 
MAITRISER MIEUX VOTRE COMMUNICATION ! - P. 7

Le journal du Patron N° 2

Le Journal du Patron 2 CODEAF

Lien : Le journal du Patron N° 2

La journa du patroon n°2 vous donne les clés pour développer une stratégie commerciale qu ivous place au bon prix, au bon moment, au bon endroit. Il vous explique également comment fonctionne le recouvrement de créances et ce que veut savoir votre banquier lors qu'il examine votre bilan.

Sommaire

ÉDITORIAL : P. 2 
QUI SOMMES-NOUS :  P. 2 
STRATÉGIE COMMERCIALE : au bon prix, au bon endroit, au bon moment ! - P. 3 & 4 
TRÉSORERIE : le recouvrement de créances - P. 4 & 5 
BILAN : que veut savoir votre banquier ?  P. 5, 6 & 7

Le journal du Patron N° 1

Le Journal du Patron 1 CODEAF

Lien : Le journal du Patron N° 1

Le journal du patron n°1 vous explique comment gagner plus avec une offre compétitive, prospecter de nouveaux clients, suivre votre trésorerie et manager vos équipes. Cela en vous apportant des outils pour le suivi de vos marges avec en prime un petit quizz.

Sommaire

ÉDITORIAL : P. 2
GAGNER PLUS: Une offre compétitive et rentable - P. 2
TRESORERIE : Vous avez dit Trésorerie ... - P. 3
QUIZZ: Testez vos connaissances - P. 3
TROUVER DES CLIENTS : la prospection est un des moteurs de l'entreprise - P. 4
GERER MON EQUIPE : Pour manager une équipe, il faut définir le terrain de jeu - P. 5
BOÎTE À OUTILS : Marges, devis, suivi de chantier et tableau de bord - P. 6

 

 

Dans le cadre de notre veille, le conseil entreprise CODEAF suit le débat parlementaire relatif aux modifications des règles d'application du Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique (CITE).

Le 17 Octobre dernier, nous avions publié dans ce blog un article relatif aux nouvelles règles applicables au CITE suite à la publication du Projet de Loi de Finances (PLF) 2018 (voir l’article précédant)

Comme nous l’avions évoqué dans notre article les dates d’applications définies étaient susceptibles d’évoluer lors des discussions parlementaires.

Comme nous le pressentions, une Actualisation a été publiée le 16 Novembre 2017 sur le portail economie.gouv.fr (lien article).

Beaucoup d’entre vous ont reçu un courrier de la direction des impôts les informant des modifications des règles d'application du Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique (CITE) ce courrier reste donc applicable mais les dates mentionnées dans le courrier ne sont plus applicables.

Si les modifications prévues ont été confirmées, les dates d’application ont été changées :

  • Pour l’année 2017 le dispositif restera inchangé
  • Les chaudières à haute performance utilisant du fioul seront exclues du dispositif à compter du
    1er  Janvier 2018
  • Pour les dépenses d’isolation thermique (parois vitrées, volets, portes extérieures) les règles vont changer en 2étapes :

+ A compter du 1er  Janvier 2018, le taux du crédit d’impôt sera ramené de 30 % à 15 %, le client verra donc son avantage réduit de moitié.

+ A compter du 30 Juin 2018 ces dépenses seront exclues du crédit d’impôt

 

Toutefois SI le devis a été accepté ET un acompte a été versé et encaissé avant la date d’application, le client conservera le bénéfice du CITE sous réserve que les travaux soient terminés ET payés avant le 31 décembre 2018

 

Evolution du CITE, Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique

Pour 2019 le gouvernement prévoit de remplacer le CITE par une prime afin de permettre aux ménages d’en rpofiter dès la fin des travaux.

Dans le même esprit que les dernières évolutions, le gouvernement souhaite également limiter la prime aux mesures les plus efficaces.

Dans ce cadre, plusieurs types de travaux ne deviendront plus éligibles à cette prime et ce avec des dates d’effet différentes. Pour le moment, aucuns nouveaux types de travaux ne deviennent éligibles.

Dans tous les cas ces travaux restent éligibles au taux réduit de TVA de 5.5 % pour l’amélioration de la qualité énergétique des logements achevés depuis plus de deux ans.

En conclusion… un suivi s’impose.

Le conseil entreprise CODEAF suit cette évolution règlementaire, vous informe et vous accompagne.

Nous ne manquerons pas de vous tenir au courant des dernières évolutions qui pourraient être décidées le débat parlementaire étant maintenant passé au sénat avant l'adoption définitve de la loi de Finances 2018.

N'hésitez pas à consulter notre blog régulièrement pour suivre cette actualité et à prendre contact avec nous si vous voulez vérifier la validité d'une information.

Pour les entreprises proposant des prestations d’isolation thermique ces évolutions sont donc une opportunité commerciale à mettre en avant auprès de vos clients. Le conseil entreprise CODEAF se propose de vous accompagner pour vous aider à mettre en avant un argumentaire et une communication pertinente auprès de vos clients.

Beaucoup d’entre vous ont reçu un courrier de la direction des impôts les informant des modifications des règles d'application du Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique (CITE) et ce dès aujourd’hui.

Dans le cadre de notre veille, le conseil entreprise CODEAF propose de faire un point le plus complet sur la situation actuelle sachant que rien n’est définitif à ce jour.

Le projet de loi de finances pour 2018 publié le 27 septembre 2017 sur le site de l’assemblée nationale annonce dans l’article 8 la reconduction du CITE Crédit d'Impôts pour la Transition Energétique en 2018 mais prévoit des évolutions du dispositif en plusieurs étapes.

Rappelons qu’il s’agit d’un projet de loi et qu’il est soumis au processus législatif et que des évolutions peuvent être adoptées. Nous suivrons donc les discussions et vous tiendront informés de changements éventuels. Les textes devront donc être adoptés définitivement et promulgués en décembre 2017.

Principes du CITE, application plafond et calcul

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique ouvre droit à un crédit d’impôts pour les travaux réalisés par un même contribuable sur une même habitation.

Le taux de réduction applicable était jusqu’à présent de 30 % des dépenses applicables au titre des impôts de l’année où les travaux seront terminés et payés à l’entreprise qui a réalisé les travaux. Le versement de l’acompte n’ouvre pas droit au CITE.

Pour être éligibles ces travaux doivent avoir été réalisés par un professionnel reconnu garant de l’environnement (RGE).

Le crédit d’impôt s’applique au prix d’achat des équipements, matériaux et appareils tels que libellés sur la facture. Les frais de main d’œuvre correspondant à la pose de l’ensemble des équipements éligibles ne sont pas pris en compte.

Le montant des dépenses éligibles est plafonné sur une période de cinq (5) années consécutives selon la composition du foyer. (8000 euros pour une personne célibataire, veuve ou divorcée – 16000 euros pour un couple ou les partenaires d’un PACS soumis à imposition commune auquel s’ajoute une majoration de 400 euros par personne à charge).

Evolution du CITE, Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique

Si le gouvernement prévoit de maintenir le CITE pour 2018, il veut également le limiter aux mesures les plus efficaces.

Dans ce cadre, plusieurs types de travaux ne deviendront plus éligibles au crédit d’impôt et ce avec des dates d’effet différentes. Pour le moment, aucuns nouveaux types de travaux ne deviennent éligibles.

Toutefois SI le devis a été accepté ET un acompte a été versé et encaissé avant la date d’application, le client conservera le bénéfice du CITE sous réserve que les travaux soient terminés ET payés avant le 31 décembre 2018

- Les chaudières à haute performance utilisant du fioul sont exclues du dispositif à compter du 27 Septembre 2017 (bien que la loi ne soit pas encore votée).

- Pour les dépenses d’isolation thermique (parois vitrées, volets, portes extérieures) les règles vont changer en 2étapes :

+ A compter du 27 septembre 2017, le taux du crédit d’impôt sera ramené de 30 % à 15 %, le client verra donc son avantage réduit de moitié.

+ A compter du 28 Mars 2018 ces dépenses seront exclues du crédit d’impôt

Dans tous les cas ces travaux restent éligibles au taux réduit de TVA de 5.5 % pour l’amélioration de la qualité énergétique des logements achevés depuis plus de deux ans.

En conclusion… un suivi s’impose.

Le conseil entreprise CODEAF suit cette évolution règlementaire, vous informe et vous accompagne.

Nous ne manquerons pas de vous tenir au courant des évolutions qui seront décidées suite au débat parlementaire. N'hésitez pas à consulter notre blog régulièrement pour suivre cette actualité et à prendre contact avec nous si vous voulez vérifier la validité d'une information.

Ces modifications du CITE, entrent donc en application dès aujourd’hui bien que la loi de finance ne soit pas encore votée, elles pourraient donc être remises en cause. Toutefois, le ministère des finances a d’ores et déjà envoyé les courriers aux entreprises pour une application immédiate.

Pour les entreprises proposant des prestations d’isolation thermique ces évolutions sont donc une opportunité commerciale à mettre en avant auprès de vos clients. Le conseil entreprise CODEAF se propose de vous accompagner pour vous aider à mettre en avant un argumentaire et une communication pertinente auprès de vos clients.

Les retards de paiements passent sous les 11 jours .

 

Le conseil entreprise CODEAF vous informe de l’étude trimestrielle du cabinet Altares publiée jeudi 14 septembre 2017, une première depuis près de trente ans : Les retards de paiements diminuent et franchissent la barre des onze jours en moyenne. Au 2°T 2015, le délai moyen de retard de paiements se situait à 13,6 jours.

La baisse des retards de paiements "traduit un changement des comportements", bien qu'il note une dynamique "lente".

A titre de comparaison , avec nos voisins européens : le seuil européen s'établit à 13 jours, les Pays-Bas sont en première position avec 5,9 jours suivis par l'Allemagne avec 6,8 jours, la France suit en troisième position avec 10,93 jours

Pédagogie et sanctions

Cette tendance positive pour la trésorerie des entreprises s'explique tout d'abord par la reprise généralisée de l'économie. Reprise de la consommation, carnets de commandes en hausse, baisse des taux d'intérêts favorisent l'amélioration des comportements en matière de paiements des factures, quand là où la situation économique des entreprises s'avérait plus compliquée, les délais de paiements s'allongeaient.

D'autre part, c'est également sous l'impulsion de davantage de prévention et de répression que les délais de paiements raccourcissent. Le quart des dirigeants d'entreprises de toute taille répondent avoir fait évoluer leurs comportements de paiement du fait du renforcement des contrôles. Il faut dire que les sanctions peuvent parfois être stigmatisantes. Les noms des entreprises sanctionnées sont ainsi divulgués lorsqu'il s'agit d'une grande entreprise ou que l'amende est supérieure à 75 000 euros.

Les artisans bons élèves

Bien que les entreprises publiques améliorent peu leurs efforts de réduction des délais de paiement, c'est dans la sphère privée que les progrès sont les plus notables. L'étude met en avant une disparité relative à la taille des entités. Sensibilisés aux sujets de trésorerie, les artisans s'illustrent particulièrement comme les meilleurs élèves du classement avec des délais moyens de retards de paiement à 8,3 jours. Les SARL (10,8 jours) et les SAS (11,1 jours) se situent dans la moyenne. À l'inverse, les sociétés anonymes mettent en moyenne 12,1 jours pour payer leurs factures.

Et vous ? où en êtes-vous ?

Vous savez, en général, assez bien dans quels délais vous payez vos fournisseurs. Surtout si votre trésorerie est tendue ! si vos fournisseurs vous relancent ! Mais où en sont vos paiement clients ? Combien d'argent avez-vous dehors ?

Connaître et maîtriser vos délais de paiement vous aidera à améliorer votre trésorerie et participe à la rentabilité de votre entreprise.

 

Des méthodes et des outils

Le conseil d’Entreprise CODEAF met à votre disposition 30 années d'expérience professionnelle et d'amélioration de la performance dans les services, les industries, le bâtiment : les artisans, TPE, PME. Spécialistes en Stratégie, Marketing, Finances, Gestion, Pilotage, Trésorerie, Performance, tous les fondamentaux nécessaires aux dirigeants d'entreprises, les conseillers de l’Equipe CODEAF, vous accompagnent vers vos objectifs et en particulier, sont vos interlocuteurs privilégiés pour réduire vos délais de paiement et limiter vos retards de paiements clients, améliorer votre trésorerie.

Le conseil CODEAF met à votre disposition, ses méthodes, ses outils, son expérience et son accompagnement aussi souvent que nécessaire. Vos retards de paiements se réduisent, votre trésorerie et votre performance s’améliorent.

Pour réduire vos retards de paiements, le conseil CODEAF propose la prévention grâce à des outils spécifiques de Pilotage et Trésorerie, adaptés à votre organisation, et un accompagnement sur la durée.

 

lundi du patron CODEAF Toulouse

Les "Lundis du patron" du dernier trimestre 2017

 

Suite aux succès des premiers " Lundi du Patron ", le conseil entreprise CODEAF  vous propose de nouveau une présentation entièrement gratuite autour de thèmes de chefs d'entreprise chaque 3ème lundi du mois au restaurant Les 4 Petits Cochons.

Ces présentations fourniront aux participants des éléments de réflexion, des solutions et techniques, des outils applicables de suite, pour améliorer leur entreprise, entreprise unipersonnelle, TPE ou PME conséquente.

Le déroulement de chaque matinée sera :

  • Accueil et café à 10h30 - Présentation d'une heure de 11h à 12h
  • Questions et Échanges au-delà
  • Déjeuner (à charge de chacun) pour ceux qui le désirent

Voici les dates et sujets prévus pour le dernier trimestre 2017 :


Lundi 18/09/2017 :
La gestion du temps, le sien, celui des autres.

 

La maîtrise du temps :

L'organisation de votre agenda est un véritable casse-tête ? Vous avez conscience que vous pourriez l'optimiser sans savoir comment faire ?

Le temps est un formidable levier de performance dans n'importe quelle entreprise. La gestion de votre propre temps et celui de vos équipes va permettre d’accroître de manière significative la productivité de l'entreprise.

Le conseil entreprise CODEAF vous propose de découvrir les clés pour mieux le maîtriser et donc l'optimiser. Cela passe par des méthodes et des outils concrets que vous pourrez utiliser vous même par la suite.

  

 

Gestion du temps

Je m'inscris

 


Lundi 16/10/2017 :
Exploiter son reseau efficacement grâce à son CRM


Bonnes pratiques commerciales et CRM :

Vous n'êtes pas un commercial dans l'âme ? Vous n'exploitez pas votre réseau ? Vous n'avez aucun suivi de vos actions commerciales ?

Il est indispensable que vous ayez les réflexes d'un bon commercial et que vous soyez bien préparé. Le savoir-faire et le savoir-être commercial seront abordés de manière très concrète avec des exemples pratiques pour vous aider à améliorer votre performance commerciale.

Il est primordial que ses actions commerciales soient pilotées grâce à un outil, le CRM. Qu'est ce qu'un CRM ? A quoi sert-il et comment le choisir : quelles caractéristiques doit-il réunir pour être efficace et permettre de piloter ?

Le conseil entreprise CODEAF et un spécialiste du CRM Odoo vous proposent de vous éclaircir sur l'ensemble de ces sujets lors d'un moment convivial et interactif.

  

 

 

CRM

Je m'inscris

 


Lundi 20/11/2017 :
Les marchés publics, savoir les gagner et être rentable


Se lancer dans les marchés publics sans prendre de risque

Vous n'avez pas accès aux marchés publics ? Vous ne savais pas comment y parvenir ? Vous les jugez peu rentable et sans intérêt ? 

Les marchés publics ont parfois mauvaise réputation. Ils sont souvent jugés peu rentables, dangereux en terme de trésorerie et très difficile à obtenir si vous n'avez pas certaines connexions. 

Or, ce n'est pas toujours le cas. Certains marchés peuvent s'avérer très intéressants pour certaines entreprises. Des méthodes et un positionnement adéquat doivent être adoptés afin de les gagner.

De plus, ils peuvent devenir très fructueux financièrement pour une entreprise et ainsi accroître sa performance globale, à certaines conditions. 

Le conseil d'entreprise CODEAF et la spécialiste des marchés publics Mme Aguinalin vous proposent de vous éclaircir sur l'ensemble de ces sujets lors d'un moment convivial et interactif.

  

 

 

 

Marchés publics

Je m'inscris


 

ATTENTION : Le nombre de places est limité . Il est donc prudent de réserver assez tôt votre participation


Le lieu :

Accueillis dans la salle privée de l'excellent ...

Restaurant Les 4 Petits Cochons

99, Avenue de Lardenne 
31100 Toulouse

Restaurant Les 4 petits cochons       Les 4 Petits Cochons salle

 

 

Afin de lutter contre la fraude à la TVA, la loi de finances pour 2016 instaure l’obligation à partir de 2018 pour tous les commerçants et autres professionnels d’enregistrer les paiements de leurs clients au moyen d’un logiciel de gestion ou facturation ou d’un système de caisse sécurisés et certifiés. Quelque soit votre statut, même celui d'auto entrepreneur, vous devez impérativement vous préoccuper dès aujourd'hui du sujet afin d'être en conformité pour le 1er janvier 2018.

Quelle obligation pour ces logiciels ?

Ces logiciels de gestion ou système de caisse doivent satisfaire à l'obligation de sécurisation, de conservation et d’archivage et permettre le contrôle par l’administration fiscale. (Voir l’article de loi)

Pour bien comprendre ces exigences, votre logiciel doit :

  • numéroter vos factures chronologiquement
  • ne pas permettre d'annuler une facture (un encaissement) sans laisser une trace rester dans l'historique
  • même une facture de type "test" sera conservée et marquée comme telle y compris l'avoir l'annulant
  • ne pas permettre d'insérer un facture entre deux factures émises même pour un problème de date d'exercice
  • permettre le contrôle par l'administration fiscale

En tant qu'auto-entrepreneur je suis concerné par cette obligation ?

La loi précise que cette obligation concerne tous les assujettis à la TVA, qu’il s’agisse de personnes physiques ou morales, de droit privé ou de droit public et même s’ils réalisent des opérations exonérées de TVA pour tout ou partie ou s’ils relèvent du régime de la franchise en base.

En clair, cela signifie que même un auto entrepreneur doit se conformer à cette obligation d’ici la fin 2017 et avoir en sa possession le certificat de conformité associé au logiciel ou système de caisse utilisé.

Cette obligation s’impose même si l’auto entrepreneur n’utilise pas de logiciel spécifique mais tiens uniquement un cahier de recette sous forme informatique (sous des logiciels comme Word, Excel ou Adobe). Il faudra donc choisir un nouvel outil conforme à cette obligation avec délivrance du certificat de conformité pour une utilisation avant le 1er janvier 2018.

La seule exception concerne les professionnels ayant toujours tenu leurs compte à la main. Dans ce cas, afin d’éviter tout litige, le conseil CODEAF conseille d’utiliser des carnets carbone en veillant bien à ce que la numération ne génère pas de double de numéro.

Toutefois, à ce jour, il semble que le gouvernement étudie la possibilité d'alléger cette obligation pour les auto entrepreneurs à l'exception des logiciels et systèmes de caisse obligatoires lors des ventes au comptoir. Le conseil CODEAF vous informera de toute évolution ou disposition qui pourrait être décidée d'ici la fin de l'année. 

Comment savoir si je suis conforme

Pour tous ces logiciels et système de caisse une attestation individuelle délivrée par l’éditeur ou un certificat de conformité délivré par un organisme accrédité devra être fourni à l’entreprise utilisatrice.

En cas d’infraction, l’amende prévue est de 7500 euros par système ou logiciel non certifié avec une obligation de mise en conformité sous 60 jours. La présentation d’un faux certificat ou d’une fausse attestation est un délit pénal passible de trois (3) ans d’emprisonnement et de 45000 euros d’amende.

Même si vous êtes auto entrepreneur, il est donc important de valider avec votre fournisseur que le logiciel de gestion et le système de caisse utilisés répondent à cette obligation et qu’il est en mesure de vous fournir copie de ce certificat de conformité. Demandez en copie et conservez la précieusement, elle vous sera demandée en cas de contrôle.

Dans le cas où les outils utilisés ne répondent pas à cette obligation, le conseil CODEAF pourra vous proposer un accompagnement pour choisir un système adapté à votre activité et en conformité avec cette nouvelle obligation.

 

Tresorerie Plus

Résultats de l'enquête de satisfaction

 

Dans une démarche d’amélioration continue de nos prestations pour votre satisfaction, le conseil entreprise CODEAF propose aux utilisateurs de Trésorerie Plus d’exprimer leur évaluation de la qualité de nos services et de l'outil.

 Résultat enquête tresorerie plus 2

De manière générale, on peut voir que les deux principaux objectifs poursuivis sont satisfaits : suivre sa trésorerie avec ses encaissements et decaissements et la prévoir. Ces deux leviers permettent de mieux gérer ses impayés et d'eviter les accidents de parcours engendrand des frais bancaires, et ainsi de gagner de l'argent.

Résultat enquête tresorerie plus 3 

 Le mode d'utilisation de Trésorerie Plus varie très fortement selon l'objectif que s'est fixée l'entreprise. Une entreprise souhaitant suivre sa trésorerie de manière très précise, quotidienne, n'aura pas la même utilisation qu'une entreprise souhaitant une vision mensuelle. C'est à l'utilisateur de définir son but et ainsi d'adapter sa pratique. La majorité de nos utilisateurs exploitent Trésorerie Plus tous les jours une dizaine de minutes.

 Résultat enquête tresorerie plus 1

On constate que les entreprises ayant bénéficié de la journée de formation dispensée par le conseil entreprise CODEAF sont satisfaits de la prestation. Elle leur a permis de maîtriser les fonctionnalités de l'outil mais également d'en avoir une utilisation adaptée et efficace. En effet, cette journée n'est pas une simple formation sur l'outil, mais un véritable audit de l'organisation de l'entreprise au niveau de ses flux financiers. Cela permet d'avoir une réflexion sur les axes d'améliorations ainsi que sur l'utilisation de Trésorerie Plus.

Résultat enquête tresorerie plus 4 

Le conseil entreprise CODEAF est votre interlocuteur privilégié en cas de problème ou de question. Nous nous efforçons de vous répondre dans les plus brefs delais et de manière efficace. 

 Résultat enquête tresorerie plus 5

L'ensemble de nos clients utilisateurs de Trésorerie Plus seraient prêts à le recommander à d'autres entreprises. Ceci confirme que Trésorerie Plus est véritablement un outil permettant de suivre et prévoir sa trésorerie de manière efficace. Il fait gagner à ses utilisateurs du temps et de l'argent.

 

Découvrez la présentation complète de Trésorerie Plus

Lien Video Trésorerie Plus

La carte professionnelle du BTP est arrivée

Le conseil entreprise CODEAF vous informe de la publication au journal officiel du JORF n°0045 du 23 février 2016

carte professionnelle batiment

Décret n° 2016-175 du 22 février 2016 relatif à la carte d'identification professionnelle des salariés du bâtiment et des travaux publics, afin de lutter contre le travail illégal et les fraudes au détachement.

Vous pouvez consulter le décret dans son intégralité en cliquant sur : https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2016/2/22/ETST1532009D/jo

Les employeurs du BTP doivent demander une carte professionnelle pour leurs salariés, selon un calendrier de déploiement progressif qui a débuté le 22 mars dernier : :
- depuis le 22 mars, aux entreprises situées en Nouvelle-Aquitaine et en Occitanie ;
- à partir du 1er mai, aux entreprises établies dans les régions du Pays de la Loire, du Centre-Val de Loire, de la Bourgogne-Franche-Comté et du Grand Est ;
- à partir du 1er juin, aux entreprises localisées en Auvergne, Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte d'Azur et en Corse ;
- à partir du 1er juillet, aux entreprises de Bretagne, des Hauts-de-France et de Normandie ;
- à partir du 1er août, aux entreprises implantées en Île-de-France et dans les départements d'outre-mer.

En chiffres : la carte d'identification professionnelle du BTP devrait concerner 2,5 millions de salariés répartis dans 500 000 entreprises.


À qui s 'adresse la carte BTP ?
Tous les salariés
, y compris les travailleurs intérimaires et les salariés étrangers détachés en France, qui accomplissent, dirigent ou organisent, même à titre occasionnel, accessoire ou secondaire, des travaux dans le secteur du BTP (construction, terrassement, assainissement, maintenance ou entretien des ouvrages...) doivent être titulaires d'une carte d'identification professionnelle.

Exceptions : les architectes, les diagnostiqueurs immobiliers, les métreurs, les coordinateurs en matière de sécurité et de protection de la santé, les chauffeurs et les livreurs ne sont pas visés par ce dispositif.


Qui doit en faire la demande ?

Les entreprises de BTP situées en France doivent demander une carte professionnelle pour chacun de leurs salariés. Quant aux entreprises de BTP établies à l'étranger, elles doivent remplir cette formalité pour les salariés qu'elles détachent en France.

Précision : les cartes attribuées aux travailleurs intérimaires sont demandées par l'entreprise de travail temporaire située en France ou, lorsqu'ils sont employés par une entreprise de travail temporaire étrangère, par l'entreprise française utilisatrice.


Quand doit-elle être demandée ?

Les employeurs ont 2 mois, à partir de la date d'application du dispositif dans leur région, pour formuler une demande de carte d'identification professionnelle pour les salariés et intérimaires déjà présents dans l'entreprise. Lorsque l'embauche d'un salarié ou le recours à un travailleur intérimaire intervient après cette date, la demande de carte doit être effectuée immédiatement.

À savoir : les entreprises étrangères qui détachent des salariés en France et les entreprises utilisatrices qui emploient des intérimaires détachés par une entreprise de travail temporaire étrangère doivent demander la carte professionnelle du BTP depuis le 22 mars dernier.


Comment l'employeur doit-il procéder ?

Les employeurs doivent obligatoirement réaliser leur demande de carte par voie dématérialisée via le site Internet www.cartebtp.fr. Après avoir ouvert un compte, ils doivent déclarer leurs salariés et s'acquitter d'une redevance forfaitaire fixée à 10,80 € par carte commandée.

Dans l'attente de la réception de la carte (sous un délai de 7 à 10 jours), une attestation provisoire d'identification est délivrée à l'employeur. Cette dernière doit être remise au salarié.


Quelle est la durée de validité de la carte professionnelle ?

La carte d'identification professionnelle est valable :
- jusqu'à la fin du contrat de travail pour les salariés de l'entreprise ;
- 5 ans pour les intérimaires employés par une entreprise de travail temporaire établie en France ;
- jusqu'à la fin du détachement en cas de recours à des salariés étrangers détachés ;
- jusqu'au terme de la mission pour les intérimaires mis à disposition par une entreprise de travail temporaire située hors de France.

Pour toutes ces raisons, le conseil entreprise CODEAF vous accompagnera pour vous permettre de vérifier que vous êtes en règle. Nous pourrons également vous accompagner dans tous les points de votre communication vous permettant de trouver un avantage concurrentiel tout en assurant le respect de cette nouvelle règlementation.